Olivier Bossard - Edition Dupuis

Introduction à la finance !

Sans Cravate a l’immense plaisir de pouvoir partager avec vous les vidéos de Olivier Bossard, Directeur exécutif du Master Finance de HEC Paris et professeur de finance à Pékin et Tokyo. Ces vidéos sont complémentaires au livre « Introduction à la finance », un ouvrage technique sous le format de BD qui casse les codes de ce monde où la cravate est monnaie courante. Que ce soit pour la BD ou les vidéos, ces dernières sont illustrées avec le personnage Largo Winch créé par Jean Van Hamme et Philippe Francq. Bref, cette formation condensée est un petit bijou qui a très rapidement tapé dans l’oeil de notre équipe. Ce fut un immense honneur lorsque Olivier nous a proposé de créer cette page pour notre communauté. Malgré la cravate qu’il porte sur les vidéos et dans sa vie professionnelle, il comprend notre démarche et se fait un plaisir de partager son expérience avec nous. 

Le livre "Introduction à la finance" :

Qui de mieux placé que Largo Winch pour expliquer les arcanes de la finance 2.0 ? Notre milliardaire humaniste se fait pédagogue et permet de mieux comprendre les marchés financiers, disruptés par les produits dérivés et la science des données. Les nouveaux ennemis qu’affronte Largo dans « L’Étoile du Matin » et « Les Voiles écarlates » sont bel et bien le trading algorithmique et le trading haute-fréquence. Des notions que ce titre permet de mieux appréhender. Mais au-delà du dernier diptyque de Largo Winch, c’est l’ensemble des aventures de Largo que l’auteur nous invite à revisiter, sous l’angle thématique de la finance. Une plongée abyssale dans les arcanes de la finance, qui nous fait redécouvrir avec une précision redoutable les mécanismes sous-jacents aux différentes aventures du milliardaire. Olivier Bossard, Directeur Exécutif du Master Finance d’HEC Paris, Prix 2019 du Meilleur Professeur d’HEC, enseignant également la finance à Pékin et à Tokyo, nous fait découvrir la finance moderne, ses aspects les plus méconnus et ses côtés les plus captivants. Un ouvrage didactique qui s’articule en 42 sujets, regroupés en 6 chapitres. Illustrée par de magnifiques vignettes de Philippe Francq, cette vulgarisation financière permet de mieux comprendre le fonctionnement de la bourse et des marchés financiers.

EPISODE 1 - LE TRADING, UN JEU DE VITESSE

Au travers de l’histoire des marchés financiers et de l’avancée folle des technologies informatiques, il a toujours été question de rapidité. Le premier à recevoir l’information est en mesure de pouvoir en profiter avant les autres. Comme l’explique Olivier, l’enjeu est énorme et le fait que les générations précédentes n’avaient pas la fibre optique ou encore les ondes basses fréquences ne les a pas empêché de developper leur propres méthodes. Toujours avec pour objectif d’anticiper dans l’unique but de pouvoir en profiter. 

EPISODE 2 - LE TRADING HAUTE FREQUENCE

À l’aide des technologies abordées dans le premier épisode, le trading haute fréquence s’est rapidement démocratisé. La question de l’éthique était inévitable. Passer des millions de transactions par séance et conserver les titres seulement quelques secondes s’écarte complètement des fondamentaux de la bourse. Cependant, pouvoir profiter d’opportunités d’arbitrages avant tout le monde permet de créer de la liquidité sur les marchés et n’est donc pas répréhensible. En effet, sans les traders haute fréquence, les investisseurs qui ont des objectifs de placement sur le long terme auraient du mal à être servis au prix qu’ils désirent et les bourses fonctionneraient au ralenti. Cependant, il existe des dérives de cette pratique. Dans cet épisode Olivier nous éclaire sur le « front running électronique » et « la liquidité fantôme », deux méthodes fortement contestées.

Pour en savoir plus :

Le temps, c’est de l’argent : cet adage est pris au pied de la lettre dans le domaine du trading à haute fréquence, où les meilleures affaires sont réalisées par ceux disposant de la connexion la plus rapide – tout se joue à quelques millisecondes près. Désormais, les ordinateurs commercent entre eux, créant ainsi des marchés financiers incontrôlables, où les paris sur les crises comme les investissements sont peu à peu détachés de la réalité.

Source : Vidéo de la Chaine Youtube Arte – publiée le 27 mars 2020

EPISODE 3 - LES KRACHS-ECLAIRS

Malgré les idées et tentatives de régulations pour essayer de mettre un frein à ces pratiques prédatrices, le trading haute fréquence a encore un avenir dans le paysage de la finance. Cependant, il y est possible que l’ordinateur surpasse son créateur et que ce dernier en perde le contrôle. Le résultat peut alors être catastrophique pour les marchés et leurs différents acteurs. Un des exemples les plus représentatifs est la possibilité d’un krach-éclair. Dans cet épisode, notre professeur de finance explique de quoi il s’agit et comment cela se produit.

EPISODE 4 - L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Vous savez désormais reconnaitre un krach éclair et vous comprenez pourquoi l’équilibre du marché revient aussi rapidement. Ces krachs peuvent faire des ravages, surtout pour ceux qui scrutent leurs écrans et qui ont cédé leurs titres à bas prix. Concernant l’automatisation des services, nous avions déjà évoqués sur Sans Cravate l’intérêt des super-calculateurs lors de l’inauguration de Pangea III pour la société Total. Evidemment, ces ordinateurs ultra-puissants sont aussi utiles à la finance, nous citerons ainsi Aladdin, le calculateur de Blackrock. C’est donc une transformation complète de l’environnement de la finance qui est en train de se produire, les ingénieurs et développeurs remplacent peu à peu les profils commerciaux des traders et les salles des marchés se voient déshumanisées au profit d’algorithmes nouvelles générations.

Pour en savoir plus :

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il ouvre sans nul doute les portes du pouvoir. Une maxime que le groupe de gestion d’actifs BlackRock, avec ses 6 000 milliards de dollars américains passés, soit plus de deux fois le PIB de la France, connaît bien. Sociétés, gouvernements et banques centrales : l’entreprise tentaculaire ne cesse d’étendre son influence dans toutes les directions, depuis sa création, en 1988, par Larry Fink. […] Non content d’investir dans les entreprises les mieux cotées du monde, le gestionnaire d’actifs est aussi dans les petits papiers de gouverneurs de banques centrales, de ministres des finances et même de chefs d’État, à qui il prodigue de précieux conseils. Et pour cause : il dispose non seulement des meilleurs experts financiers, mais aussi d’un algorithme de prévision conjoncturel sans égal, Aladdin.

Source : Vidéo de la Chaine Youtube Arte – publiée le 17 septembre 2019